Retour sur le 24e congrès des études byzantines : Byzantium – Bridge between Worlds

Depuis environ un siècle (le premier congrès s’était réuni à Bucarest en 1924), le congrès des études byzantines est devenu un événement incontournable dans le petit monde des spécialistes de Byzance. Tous les cinq ans, il réunit environ 1500 chercheurs du monde entier travaillant sur divers aspects de la civilisation byzantine.

            Le laboratoire HiSoMA (CNRS) et l’Institut des Sources Chrétiennes ont été présents au 24e congrès international des études byzantines qui s’est tenu à Venise et Padoue du 22 au 27 août 2022 à travers les travaux présentés par Anna Lampadaridi (CNRS).

Dans le cadre d’une table ronde consacrée aux Histoires de Jean VI Cantacuzène (ca 1293 – 1388), il a été question de la manière dont Jean VI met à profit ses lectures pour tisser son récit historique. En termes d’intertextualité, ce travail vise à esquisser un tableau représentatif d’un vaste champ d’échos littéraires, qui s’entend d’Homère jusqu’à des sources contemporaines de l’auteur. Les modalités de réécriture sont également examinées : l’auteur opte tantôt pour des citations littérales, tantôt pour un remaniement profond de ses hypotextes. Ce travail est mené dans le cadre du projet ANR Jean VI dirigé par Olivier Delouis (CNRS), qui consiste à publier une traduction française intégrale et annotée des Histoires de cet empereur et moine byzantin, suivie d’une biographie thématique.

En examinant les stratégies de crédibilité dans les textes hagiographiques à l’occasion d’une table ronde organisée par Vincent Déroche (Sorbonne Université – EPHE), il a été question de trois romans hagiographiques siciliens (début 8e-fin 9e s.) : la Vie de Pancrace de Taormine (BHG 1410) ; la saga hagiographique des trois frères de Lentini(Alphius, Philadelphus et Cyrinus/Quirinus) ; la Vie de Léon de Catane (BHG 781b). Ce travail vise à mettre en évidence les stratégies de communication auxquelles ces hagiographes recourent pour anticiper les contestations légitimes que leurs affirmations pourraient susciter. À travers une approche narratologique, on s’interroge sur l’impact de ces récits sur leurs destinataires extratextuels.

Eleonora Kountoura-Galaki (EIE) a voulu s’attarder sur l’évolution du culte des saints locaux durant la période paléologue. À cette occasion, il a été question de deux dossiers hagiographiques : la Vie de Romylos de Vidin (BHG 2384) et deux Vies de Maxime le Kausokalybe (BHG 1236z and 1237). Les hagiographies de ces deux moines hésychastes rédigées par leurs contemporains sont une mine d’informations sur l’histoire des Balkans au 14e siècle. Elles sont également pourvues d’un intérêt linguistique, car elles conservent des traces du grec vernaculaire et permettent de saisir une étape mal connue de l’évolution de la langue grecque.

Deux présentations d’ouvrages récemment connus ont eu lieu en marge du congrès. Le volume collectif L’histoire comme elle se présentait dans l’hagiographie byzantine et médiévale[1]vise à poser un nouveau regard sur les fils ténus et complexes qui unissent hagiographie et Histoire, en tenant compte de toutes les différentes facettes de cette littérature protéiforme qu’est l’hagiographie, ainsi que des approches diverses et variées auxquelles elle se prête. Le nouveau Subsidia[2] a le mérite d’offrir une vue d’ensemble du dossier hagiographique de Romylos de Vidin, un dossier important à bien des égards pour le 14e siècle byzantin. Le volume offre une nouvelle édition critique de la Vie grecque, assortie d’une traduction italienne et d’un commentaire, ainsi qu’un examen de la version slavonne


[1] L’histoire comme elle se présentait dans l’hagiographie byzantine et médiévale / Byzantine and Medieval History as represented in Hagiography, dir. A. Lampadaridi, V. Déroche, C. HØgel, Studia Byzantina Upsaliensia 21, Uppsala 2022. L’ouvrage est disponible en accès libre.

[2] A. Rigo – M. Scarpa, La Vita di Romylos da Vidin asceta nei Balcani (1310 ca. – 1376/1380), Subsidia Hagiographica 99, Bruxelles 2022.



Citer ce billet
Anna Lampadaridi (2022, 1 septembre). Retour sur le 24e congrès des études byzantines : Byzantium – Bridge between Worlds. Transferts linguistiques et culturels à Byzance. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/utl0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.