Βυζαντινες Συναντησεις – Rencontres byzantines – Byzantine Workshops East and West : Cultural transfers in Byzantium and Beyond / Orient et Occident : transferts culturels à Byzance et au-delà

Fondé en novembre 2022, ce réseau de recherche franco-grec vise à réunir les byzantinistes de trois institutions académiques : l’Institut de recherches historiques de la Fondation nationale grecque de la recherche scientifique (EIE), l’Ecole française d’Athènes (EFA) et le laboratoire HiSoMA (CNRS, UMR 5189, Sources chrétiennes). Dans une approche interdisciplinaire et transversale, nous proposons l’organisation d’une rencontre scientifique par an, dont les actes peuvent faire l’objet d’une publication dans le Bulletin de Correspondance Hellénique (Ecole française d’Athènes).

La deuxième édition des Rencontres byzantines aura lieu à l’Institut de recherches historiques de l’EIE à Athènes (48, av. Vasileos Konstantinou), en collaboration avec l’Ecole française d’Athènes et le CNRS (HiSoMA UMR 5189), le lundi 13 mai 2024. Elle sera également accessible à distance.

En partant du principe que les cultures se chevauchent, empruntent les unes aux autres et cohabitent de manière profonde[1], la présente journée d’études se propose de repenser l’articulation entre Orient grec et Occident latin dans une perspective chronologique large, allant de l’Antiquité tardive jusqu’à la période post-byzantine[2]. L’originalité de cette approche consiste à ne pas se borner à l’optique habituellement adoptée qui veut que l’Orient donne et l’Occident reçoive, mais à s’interroger également sur le flux inverse, depuis l’Occident vers l’Orient, en termes d’échanges culturels, linguistiques et artistiques.

Une attention particulière est prêtée aux zones frontalières en tant que lieux de métissage[3], favorisant le développement d’une culture hybride[4]. Il s’agit de repenser les contacts culturels et linguistiques « par la mobilité », en questionnant le rôle des flux migratoires et des diasporas[5]. Mais ce n’est pas uniquement la circulation d’hommes et de pratiques qui est en jeu. Née dans les études germaniques sous l’impulsion de Michel Espagne et Michael Werner[6], la notion de transfert culturel permet d’analyser le passage d’un objet culturel d’un contexte dans un autre en mettant l’accent sur la transformation de son sens[7]. Ainsi, il s’agit de suivre la resémantisation d’un objet culturel à l’aune d’un nouveau contexte d’accueil, de comprendre comment un texte, une œuvre d’art, une figure se transforme en revêtant parfois une dimension absente dans la culture de départ. Ces déplacements sémantiques sont opérés dans le cadre d’un processus d’appropriation et de résistance qui fait évoluer les cultures. Nous nous attardons en particulier sur le rôle des hommes d’action et de plume aux profils divers qui agissent comme des passeurs entre deux mondes : traducteurs, auteurs, copistes de manuscrits, artistes, commanditaires, émigrés, fonctionnaires en poste dans les régions frontalières, ambassadeurs, moines en rupture de ban etc.

            La présente journée d’études vise à nourrir une reflexion autour des multiples facettes de l’interaction entre le monde byzantin et l’Occident latin sur un large éventail spatio-temporel en privilégiant une approche transversale, alliant littérature, philologie, histoire des textes, archéologie et histoire de l’art.

Cette journée a été organisée par Anna Lampadaridi (CNRS, HiSoMA), Ludivine Voisin (EFA) et Anastasia Yangaki (EIE).

Il est possible de suivre la journée à distance après inscription à travers le lien suivant :  Webinar registration 

Pour en découvrir le programme :


[1] E. W. Saïd, L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris 20053 (trad. française par C. Malamoud).

[2] Par exemple, sur la Méditerranée, voir aussi R. Abdellatif et al. (éd.), Acteurs des transferts culturels en Méditerranée médiévale, Munich 2013 ; A. Fischer et I. Wood (éd.), Western Perspectives on the Mediterranean. Cultural Transfer in Late Antiquity and the Early Middle Ages, 400-800 AD, Londres-New York 2014.

[3] Cf. C. Lejeune, « Le concept de frontière en sciences sociales : vers de nouvelles acceptions », Cahiers Charles V 25 (1988), p. 15-25 ; J. Rémy, L’espace, un objet central de la sociologie, Paris 2015.

[4] À ce propos, voir P. Burke, Cultural Hybridity, Cambridge 2009.

[5] Sur l’intérêt d’une telle approche dans le domaine des études byzantines, voir récemment C. Rapp et J. Preiser-Kapeller (éd.), Mobility and Migration in Byzantium : A Sourcebook, Vienne 2023.

[6] Voir M. Espagne et M. Werner, « La construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914) », Annales ESC 4 (juillet-août 1987), p. 969-992.

[7] Voir à titre indicatif M. Espagne, « La notion de transfert culturel », Transferts culturels 1 (2013) (en ligne) ;  B. Joyeux-Prunel, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèses 6/1 (2003), p. 149-162.



Citer ce billet
Anna Lampadaridi (2024, 28 avril). Βυζαντινες Συναντησεις – Rencontres byzantines – Byzantine Workshops East and West : Cultural transfers in Byzantium and Beyond / Orient et Occident : transferts culturels à Byzance et au-delà. Transferts linguistiques et culturels à Byzance. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/x30v

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.